21 NOVEMBRE 2023

Le Musée du Vivant D’AgroParisTech documente la nature en grand

Patrimoine botanique numérisé au Musée du Vivant, AgroParisTech
Le Musée du Vivant, fondé en 2007,  est le premier musée international sur l’écologie et le développement durable. L’établissement détient un patrimoine constitué à partir de 1824 au sein de l’établissement AgroParisTech qui est le fruit de la fusion d’institutions prestigieuses fondées au XIXe siècle, en eau et forêts (École nationale du génie rural des eaux et forêts), agronomie (Institut National Agronomique Paris – Grignon, et agroalimentaire (École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires). Arkhênum numérise actuellement une collection de planches botaniques, au format exceptionnel allant jusqu’à 2m48, et à l’origine singulière.

200 ans de recherche pour relever les défis du vivant

Le Musée du Vivant assure un rôle de médiateur entre les domaines de recherche et d’enseignement d’AgroParisTech vers le grand public. La volonté affichée est de traiter autant l’écologie scientifique que culturelle, politique comme de vie quotidienne.

Pour remplir cette mission, l’institution s’appuie sur de riches collections qui s’articulent autour de deux grands types : des collections scientifiques, héritage des activités pédagogiques des différents établissements et des collections artistiques données depuis la création du musée sur le thème de l’écologie et du développement durable. Les collections du musée sont donc particulièrement pluridisciplinaires et s’étendent du XVIe siècle à aujourd’hui.

Collections scientifiques et artistiques données depuis la création du Musée du Vivant

Copyright Nicolas Patrzynski (Exposition Cabinets of curiosities à la City University d’Hong Kong, 2018)

Origine et destination de ces planches botaniques

Étudiants en cours de lecture, explorant de grandes planches botaniques au Musée du Vivant

Cours de Zootechnie – Professeur Leroy à l’Institut National Agronomique de Paris, tirage argentique, Don Barbier de Préaudeau, avant 1945

Ces planches botaniques de dimensions hors normes (en moyenne 2m30 x 1m23) ont été réalisées dans l’objectif de permettre une consultation la plus confortable possible pour les étudiants dans le cadre de cours magistraux en amphithéâtre. Pour assurer une longévité optimale aux documents, commande a été faite à Arthur-Henri Boisgontier, peintre de l’école de Barbizon, de réaliser 52 planches botaniques pour le compte de l’Institut National Agronomique.

Peintre de paysage ayant fréquenté l’atelier de Leleu où il rencontra Corot, Arthur-Henri Boisgontier a réalisé en 1890 ces planches sur toile et papier canson et dessinées à base d’aquarelle et gouache.

Un patrimoine botanique à préserver

Pour préserver ce patrimoine unique, le Musée du Vivant a entamé différentes phases de préservation physique et numérique.

L’inventaire et la numérisation de la collection a été réalisée en 2007 et 2008 au sein de l’établissement. La phase de numérisation a été réalisée avec un appareil photographique de l’époque ce qui a permis de proposer ultérieurement un accès en ligne à la collection.

2010, la restauration par entoilage des originaux est assurée. Les couleurs, elles, n’ont pas nécessité de restauration étant restées intactes.

Inventaire numérisé des collections du Musée du Vivant

2023, de nouveaux projets de valorisation

Reproduction de planches botaniques pour les expositions du Musée du Vivant

Même si la campagne de numérisation de 2008 a permis de préserver numériquement l’entièreté des documents, la richesse de l’information capturée est insuffisante pour les besoins futurs de l’établissement. L’institution souhaite tout d’abord bénéficier d’images en haute définition pour exploiter des points de détails des planches dans le cadre de publications.

L’accès actuel à ces ressources numériques ne permet pas un téléchargement en haute définition des documents, chose à laquelle l’établissement va remédier grâce à cette campagne de numérisation avec Arkhênum.

Une autre utilisation envisagée par le Musée serait de reproduire à l’identique, sur toile à l’échelle 1, les planches afin de les mettre en valeur dans le futur campus mais aussi dans le cadre d’expositions.

Référence en la matière, cette collection est régulièrement prêtée dans le cadre d’expositions. Cela a été le cas par le passé à la Saline d’Arc et Senans (Doubs) ou encore à la City University de Hong Kong. 8 planches de la collection sont actuellement mises à disposition du Musée d’Allard de Montbrison dans le cadre de l’exposition « Graines ».

PARTAGER CET ARTICLE

Chaque page tournée est une histoire archivée

La Cosmétique a son conservatoire numérique

La Cosmétique a son conservatoire numérique

La Cosmétique a son conservatoire numériqueLa Cosmétothèque est le 1er conservatoire des sciences et techniques à la base de la création des produits de beauté. Il a pour ambition de retracer l’histoire des produits, des ingrédients, des techniques, la démarche des...

Arkhênum célèbre ses 25 ans d’existence !

Arkhênum célèbre ses 25 ans d’existence !

Arkhênum célèbre ses 25 ans d’existence !En 2024, Arkhênum fête ses 25 années d’activité au service de la préservation et de la valorisation du patrimoine documentaire. C’est une vraie satisfaction et un honneur de pouvoir célébrer une telle longévité et la...

Les archives d’une princesse de Monaco découvertes à Chantilly

Les archives d’une princesse de Monaco découvertes à Chantilly

Les archives d’une princesse de Monaco découvertes à ChantillyCopyright Gary Otte, 2011Lieu sublime et atypique pour les équipes d’Arkhênum qui y mènent une nouvelle campagne de numérisation, la bibliothèque du musée Condé nous ouvrait récemment les portes du château...

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.