Archipoles-Header

200 ans d’histoire polaire

Explorer
Client Institut polaire français Paul-Emile-Victor (IPEV)
Expertises en oeuvre
Gestion des fonds patrimoniaux Offres de numérisation Valorisation Web (Re)constitution des collections

Contexte

L’Institut polaire français Paul-Émile-Victor est un organisme public chargé de la mise en œuvre de la recherche française dans les régions polaires. Il poursuit la mission lancée en 1947 par Paul-Émile Victor avec les Expéditions polaires françaises.

 

Grâce à son savoir-faire et aux plateformes scientifiques déployées, l’Institut polaire français contribue à mettre en valeur les pôles et favorise la sensibilisation du public aux problématiques propres à ces régions. Aude Sonneville, responsable Communication de l’Institut polaire français, lance avec les TAAF et les EPF en 2017 le projet Archipôles pour donner une meilleure visibilité à l’Héritage unique que constitue l’ensemble des archives polaires françaises.

Enjeux

Voyageant depuis plus de 200 ans dans les régions de hautes latitudes, l’histoire polaire s’écrit à travers toutes les productions des scientifiques, explorateurs, logisticiens… qui ont sillonné ces contrées. La recherche polaire étant portée par de multiples organismes, les partenaires du projet Archipôles ont voulu préserver les archives de cette aventure humaine et scientifique.

Pour mener à bien cet objectif, il a fallu analyser les archives, les préserver des atteintes du temps mais aussi les numériser puis les valoriser en ligne pour partager cet héritage.

L’histoire polaire, un patrimoine d’intérêt général
ArticleFull
Base Dumont D’Urville. Photo © Christian Grevisse, CC BY-SA 3.0

L'institut polaire lance le Gallica de la recherche polaire française

Dès 2017, l’Institut fait appel à l’expertise d’Arkhênum pour mettre en place ce projet pluriannuel qui ambitionne d’offrir au public une plateforme digitale unique pour découvrir l’histoire polaire française. A l’issue d’une première mission de numérisation, les équipes d’Arkhênum ont entrepris la mise en place de la bibliothèque numérique Archipôles. Conçue sur mesure, elle est dotée d’une série d’outils développés pour faciliter l’accès aux fonds documentaires.

 

Ce nouvel outil de recherche est dès sa sortie salué et relayé par les médias (presse papier et Internet, médias audiovisuels). Suite à son lancement, de nombreuses demandes de réutilisation des images parviennent à l’Institut polaire pour illustrer des ouvrages, films ou bien alimenter des recherches familiales. Des personnes se manifestent aussi pour apporter de nouvelles informations, des éclairages ou des corrections sur ces archives qui ainsi s’enrichissent au fur et à mesure des nouveaux témoignages.

Archipôles, une fenêtre sur la vie aux pôles

Lancée en 2018, cette bibliothèque numérique mise en place par Arkhênum va permettre de mieux comprendre la vie sur place des saisonniers et hivernants mais aussi l’impact du réchauffement climatique sur les pôles.

Archipoles-Web

Le site Archipôles bénéficie des dernières technologies (IIIF, SRU…) qui lui permettent de compléter ses collections en regroupant virtuellement sur son site des archives en provenance de Gallica ou encore de la Cinémathèque de Bretagne.

 

Des fonctionnalités telles que la visionneuse permettent d’étudier les moindres détails des photographies ou même de cartes topographiques  (plus de 1 000 cartes toujours utilisées à ce jour).

Une base de données ouverte

Archipôles, un projet collaboratif

Le site Archipôles s’enrichit de campagnes de numérisation menées par Arkhênum portant sur les collections de l’Institut polaire mais aussi des projets des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) ainsi que des Expéditions polaires françaises Missions Paul-Emile Victor.

 

Ces campagnes de numérisation vont concerner des typologies variées de documents : photographies, publications internes, cartes et plans ou encore des diapositives.

 

Audit, numérisation, intégration

Arkhênum apporte son expertise au projet sur l’ensemble de la chaîne de valeur du document.

Le fonds cartographique, riche de 5000 cartes, a ainsi été inventorié, reconditionné puis numérisé. Suite à la digitalisation des fonds avec intégration de métadonnées, il sont intégrés sur Archipôles. C’est également le cas du fonds Corbel, composé notamment de diapositives.

ArticleMid

Un projet tourné vers l’avenir

L’Institut polaire français souhaite également préserver et mettre en ligne des fonds liés à son histoire en tant qu’institut, et notamment ceux dédiés à la construction en 1956 des bâtiments de la station historique française Dumont d’Urville.

Nous réalisons donc une mission de recherche historique sur l’histoire institutionnelle de l’IPEV, permettant de créer un corpus historique détaillé revenant sur les grandes dates fondatrices, les personnages clés, le bâti en terre Adélie, mais également sur les évolutions de statuts. Ce projet doit permettre de constituer un fonds d’archives dédié, de faire des entretiens avec les personnes mémoires de l’IPEV, et de bénéficier d’une source exhaustive sur l’histoire de l’IPEV.

 

Autre projet porté par les TAAF,  l’intégration future dans Archipôles de modélisations en 3D de site et mobilier historiques pour enrichir le volet « Mobilier » de la bibliothèque numérique. Mais les projets ne s’arrêtent pas là nous dit Aude Sonneville.

Témoignage «Le site, lancé en 2018, a déjà 4 ans d’existence et son contenu s’est extrêmement enrichi depuis.»
« Par-delà les contenus du site, nous voulons aussi en 2022 nous attacher à améliorer encore la qualité du site en affinant par exemple nos mots-clés pour optimiser le référencement naturel du site Archipôles.
D’autre part le site, lancé en 2018, a déjà 4 ans d’existence et son contenu s’est extrêmement enrichi depuis. Nous voulons que l’interface graphique du site reflète ces évolutions, raison pour laquelle nous souhaitons faire évoluer son design graphique. »
Aude Sonneville Responsable du département Communication de l’IPEV