HeroBanner_Desktop

La Bretagne en partage

Explorer
Client Musée de Bretagne
Expertises en oeuvre
Gestion des fonds patrimoniaux Conservation préventive

Contexte

En 2021, le musée de Bretagne confie à Arkhênum la responsabilité de traiter son remarquable patrimoine, afin d’en assurer la pérennité et la diffusion.

 

Dans le cadre de son projet de sauvegarde du patrimoine, le musée de Bretagne lance un chantier des collections de son fonds photographique, riche de plus de 500 000 références. Ces archives se composent de négatifs et de positifs sur plaque de verre ou supports souples (nitrate de cellulose, acétate de cellulose), de diapositives et de tirages papier.

Enjeux

Parmi les collections du fonds photographique, les plus anciennes remontent à la fin du XIXème siècle. Certains items, plus sensibles que d’autres à l’œuvre du temps, nécessitent une manipulation et un traitement adaptés aux fonds fragiles.

 

Par ailleurs, de nombreux supports en nitrate de cellulose, matériau peu stable et potentiellement nocif sur le plan sanitaire, présentent un risque de dégradation imprévisible et imposent des conditions de stockage délicates en raison de leur haute inflammabilité. La prise en charge de ce type de fonds, fragile et potentiellement dangereux, constitue une priorité absolue pour l’institution bretonne, aussi bien sur le plan sécuritaire qu’à titre de conservation.

Contexte

Officiellement inauguré en octobre 1805, en tant que musée de Rennes, le musée de Bretagne s’installe dès 2006 au sein du complexe culturel des Champs Libres, dans le centre de Rennes.

Introduction

500 000 références à traiter

Attention ! Fragile, toxique et inflammable

Pour intervenir sur ce fonds photographique, Arkhênum constitue une équipe de 4 archivistes iconographes et mobilise des experts de la conservation préventive pour la formation de ses équipes. Dans un premier temps, l’équipe procède méticuleusement au dépoussiérage et au reconditionnement des collections avant de les envoyer en numérisation.

 

S’en suit la phase d’inventaire, au cours de laquelle pour chaque item est saisie ou vérifiée une notice dans l’outil de gestion documentaire du musée, Flora. Après numérisation, les notices dotées d’images sont enrichies de métadonnées et indexées, afin d’être consultables en ligne, sur le portail des collections du musée, Des collections en partage.

Attention

L’ultime chantier des collections à mener

Ce chantier des fonds photographiques clôture une démarche de récolement, d’inventaire et de numérisation des collections en nombre, initiée en 2016 par le musée de Bretagne. Il s’agit en effet du second et dernier chantier externalisé de cette envergure restant à mener par le musée, après celui des collections d’arts graphiques et documents papier.

Chantier
Témoignage «Des découvertes très prometteuses pour le patrimoine photographique de la Bretagne.»
« L'externalisation de ce chantier s'est imposée en raison des nécessités de conservation préventive (sauvegarde de fonds photographiques, en particulier les négatifs sur supports souples en nitrate de cellulose), des obligations règlementaires du récolement décennal (traitement d'un volume de collections très important) et des perspectives de valorisation qui sont désormais déployées depuis 2017 grâce au projet "Des collections en partage" (mise à disposition des collections numérisées selon un principe d'ouverture maximale des droits liés aux images). La chaîne opératoire mise en place avec l'équipe de la société Arkhênum nous permet d'avancer significativement aujourd'hui sur ces trois volets, avec des découvertes (et redécouvertes) très prometteuses pour le patrimoine photographique de la Bretagne. » Manon Six, Conservatrice du patrimoine en charge du pôle des collections.

Faire rayonner la Bretagne en ouvrant une fenêtre sur le monde. Telle est l’ambition du musée en alimentant régulièrement son portail de nouveaux contenus inédits.