BLOG

Les archives audiovisuelles, un témoignage vivant du passé… mais aussi une composante des archives de demain

L’Alliance israélite universelle, une mémoire juive vivante

L’Alliance Israélite Universelle (AIU) est une institution juive internationale dédiée à l’éducation qui agit en faveur de la réussite scolaire et professionnelle. Elle a aussi pour rôle d’assurer la transmission d’une identité fondée sur les textes de la tradition, la culture, l’histoire et la géographie du peuple juif et de l’Etat d’Israël.

Fondée à Paris en 1860, l’institution est la gardienne d’une histoire et d’une culture. Cette mission de préservation et de médiation incombe à une équipe de 6 personnes qui gère au sein de l’établissement la bibliothèque (ouverte au grand public) ainsi que les archives historiques.

Dans le but de rendre accessible auprès du plus grand nombre ses archives, l’institution s’est lancée dès 2000 dans la numérisation de ses archives. La mise en ligne de celles-ci à travers la bibliothèque numérique Limb Gallery prend forme dès 2015. A ce jour, c’est 13 783 documents (imprimés, manuscrits, photographies), pour un total de 330 000 images, ainsi que des archives audiovisuelles qui sont à disposition du grand public et des chercheurs.

 

Découvrez au travers du témoignage de Jean-Claude Kuperminc, Directeur de la bibliothèque et des archives de l’AIU, et de son équipe, le rôle que les fonds audiovisuels occupent dans leur action de médiation culturelle.

Equipe de la bibliothèque de l’AIU

 

 

Quelles sont les raisons qui ont poussé votre établissement à considérer la mise en ligne de fonds audiovisuels dans votre bibliothèque numérique ?

Les archives de l’institution détiennent un riche fonds audiovisuel dont les plus anciens datent du début du 20ième siècle. Ces collections sur support film 16 et 35mm avaient déjà été identifiées comme à risque car les bobines s’abimaient. Il devenait d’autre part difficile de les visionner faute de matériel adéquat. Enfin, notre institution recevait régulièrement des demandes pour citer ou utiliser des échantillons de ces films (reportages, documentaires, …).

En 2010, à  l’occasion de la préparation des 150 ans de l’Alliance, la numérisation de ces archives est lancée. Au-delà de la préservation de ces archives, il y avait aussi le souhait de s’en servir comme outil de communication lors de la commémoration de l’anniversaire de l’institution. Sur cette base, 2 films de 50 minutes ont été réalisés par le rabbin Josy Eisenberg pour son émission télévisée dominicale. Ces campagnes de numérisation nous ont aussi permis de disposer pour le futur de contenus pour alimenter les divers canaux de communication de l’AIU.

A l’issue de ces campagnes de numérisation, nous avons diffusé ces archives audiovisuelles d’abord sur la plateforme You Tube puis sur notre propre bibliothèque numérique.

 

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’origine de vos fonds audiovisuels ?

Les plus anciens datent du début du 20ième siècle (1920). D’autres films datant des années 50 à 70 ont  ensuite été réalisés pour faire la promotion de l’AIU. Ces vidéos ont un intérêt documentaire et historique avec une vision de l’institution mais aussi de la vie des écoles en France, en Tunisie ou encore en Israël.

                 Vidéo « Donne-moi la main »

 

L’AIU s’attache aussi à créer les archives de demain et réalise des captations vidéos de conférences et autres activités culturelles. Cette démarche vise à diffuser de manière large auprès de tous les publics, les animations organisées autour de sorties de livres, conférences ou encore colloques.

         Conférence Alain Finkielkraut et le Dieu absent

 

Enfin, l’équipe de l’AIU s’attache à collecter des « Paroles de lecteurs » grâce à des campagnes de collecte d’archives orales. Ce format court de captation vidéo permet de recueillir l’opinion des visiteurs mais contribue aussi à donner à certains (chercheurs, …) une visibilité.

 

Qu’est-ce que les fonds audiovisuels apportent selon vous à votre bibliothèque numérique ?

Indéniablement, la numérisation puis la mise en ligne de ces fonds audiovisuels ont permis de démultiplier leur visibilité et donc diffusion. Bien sûr, les films apportent un côté plus actuel et permet de donner plus de relief et de « matérialité » à une histoire et une culture.

De par la vocation éducative de notre institution, cette bibliothèque numérique, et en particulier les vidéos, fournit aux professeurs des classes de l’Alliance et d’ailleurs des outils de travail stimulants.

Ces fonds audiovisuels sont aussi des ressources précieuses qui nous permettent d’illustrer les articles et contenus de nos lettres d’informations électroniques. L’Alliance réalise une newsletter destinée à l’ensemble de ses adhérents dans laquelle un encart patrimoine relaie les nouveautés de la médiathèque.

D’autre part, la bibliothèque de l’Alliance anime elle-même sa communauté de lecteurs avec une newsletter dédiée qui relaie les événements ou encore consacre des articles à des collections ou documents en particulier.

             Newsletter de la bibliothèque de l’Alliance

 

Ces communications sont un vecteur efficace pour dynamiser les visites sur notre bibliothèque numérique. Nous notons le lendemain de la diffusion un pic de trafic important avec des taux d’ouverture et de clics vers les ressources. Les contenus audiovisuels occupent une place de choix dans les documents les plus vus.

Cliquez ici pour accéder aux archives de la newsletter de la bibliothèque

 

 

Comment gérez-vous la mise en ligne de vos fonds audiovisuels ?

Nous avons fait le choix de ne mettre à disposition depuis notre bibliothèque numérique qu’une sélection des vidéos. L’ensemble de nos vidéos est par contre disponible sur notre chaîne You Tube.

Le réceptacle unique de nos vidéos est You tube. Nous voyons plusieurs intérêts à cela :

  • You Tube offre une visibilité optimale sur Internet
  • Son usage par le grand public est bien connu et maitrisé
  • You Tube offre un certain nombre de fonctionnalités intéressantes (sous-titrage, traductions automatiques, vitesse de lecture)
  • Nous ne souhaitions pas héberger ces vidéos en interne car c’est un métier à part entière et nous n’avions pas de ressources humaines à y consacrer
  • Dernier point mais non des moindres bien sûr, l’aspect économique qui n’est pas à négliger lorsque l’on veut héberger soi-même ses fonds audiovisuels

 

Quelles sont les prochaines actions que vous comptez mener sur votre  bibliothèque numérique ?

 Tout d’abord, nous allons prochainement proposer la navigation et la consultation de notre bibliothèque numérique en anglais et en hébreu. Nous pourrons ainsi diffuser de manière plus large nos archives.

D’autre part, nous continuons à mener un travail de fond de numérisation de nos archives. Ces campagnes de numérisation vont venir enrichir les collections disponibles et accessibles en ligne. Un nouveau fonds de manuscrits hébreux du Moyen Âge sera prochainement disponible.

Enfin, nous allons continuer bien sûr nos captations vidéo de conférences. L’enregistrement et la mise en ligne de ces animations recouvre encore plus d’importance et de pertinence dans le contexte actuel puisque grâce à la magie du numérique, leur consultation en ligne permet d’abolir les contraintes d’accès aux locaux physiques de l’Alliance.

Notre ambition est d’affirmer la bibliothèque et les archives de l’AIU comme une bibliothèque de référence grâce en particulier à notre bibliothèque numérique.

En savoir plus sur l’Alliance Israélite Universelle

Visiter la bibliothèque numérique de l’AIU

Vous souhaitez savoir comment atteindre vos objectifs ? Discutons en

Sélectionnez votre / vos besoin(s) suivant

Tous les champs marqués d'une * sont obligatoires Précédent